Dernières nouvelles

"

Comme promis…

… j’ai passé le dimanche à me reposer un peu et à faire le point sur ce qu’il s’est passé au cours des trois dernières semaines après mon départ.

Comme vous pouvez le voir sur la cartographie, j’ai eu un départ vraiment cool et réussi. Après environ une semaine à bord, je me suis senti vraiment à l’aise avec mon bateau et la mer. J’étais impatient de porter un premier toast à Neptune le 8 septembre, ce mercredi, parce que c’est le premier anniversaire de mon opération de cancer réussi et c’est à ce moment-là, que j’aurais dû être à Svalbard, tout en haut au-dessus du cercle polaire.

Après mes problèmes de santé, le retour à ma vie habituelle a été très difficile et j’étais donc très heureux et très motivé. En même temps, je savais que le bateau était en parfait état, parce que cette fois, j’ai pu faire toute la préparation finale moi-même et j’avais donc confiance dans chaque détail et aussi des centaines de solutions dans ma tête au cas où des difficultés se présentaient.

Mais une difficulté est apparue, que nous connaissons et dont nous avons discuté plusieurs fois avec notre partenaire. Que se passe-t-il si le contrôleur du moteur, qui bien sûr contrôle aussi la fonction hydrogénérateur de chaque moteur, ne marche plus ? Pour plusieurs raisons, le fournisseur n’était pas en mesure de supporter le projet avec cette pièce de rechange, finalement la seule et unique de tout le système que je n’avais pas à bord et que je n’étais donc pas préparé à gérer un tel problème.

Bien sûr, j’ai essayé de trouver des solutions alternatives pour utiliser l’hydrogénérateur sans la fonction moteur, mais finalement j’ai dû accepter que le moteur soit hors de contrôle et donc inutile.

Si vous considérez maintenant que ce moteur était à bord pour soutenir l’étape arctique avec de l’énergie et qu’un bateau comme un Open60 n’est pas contrôlable en solitaire sans assez d’énergie pour la navigation, le système de pilote automatique ou la communication, vous pouvez comprendre ma décision d’arrêter le défi et de faire face à la réalité. De plus, pensez à ce qui se serait passé dans une situation de détresse lorsque tout le monde sait que vous êtes entré dans le cercle polaire en sachant qu’un composant essentiel de votre bateau ne fonctionne pas ! De mon point de vue, tout skipper responsable aurait décidé de ne pas poursuivre ce défi, ce qui aurait été une négligence !

J’écris cette explication non pas pour dénoncer mon partenaire ou l’accuser de négligence car le LAB dans le projet est synonyme de développement et de tests pour obtenir une confirmation des concepts et des éléments qui fonctionnent bien et de ceux qui ne fonctionnent pas. Le développement comporte toujours des risques, mais finalement, juste au moment où j’ai atteint Les Sables d’Olonne, le deuxième groupe électrogène est aussi tombé en panne et ce n’est qu’avec l’aide de mon équipe que j’ai pu ramener le bateau en toute sécurité au ponton du Vendée Globe d’où je suis parti il y a trois semaines.

En conclusion, après maintenant quatre années de navigation, sur l’Innovation Yachts Open60AAL, ce qui représente environ 16 000 miles nautiques, nous savons maintenant que le concept de construction de yachts d’Innovation Yachts, utilisant des matériaux uniques comme la fibre de roche volcanique, fonctionne parfaitement et ajoute de la valeur au produit. Nous savons que nos solutions de conception représentent une qualité, une performance et une sécurité utilisable et durable. De plus, nous savons maintenant que nos partenaires pour tous les composants pour la navigation comme le mât, le gréement, l’accastillage de pont et les voiles sont parfaitement adaptés.

Enfin, nous savons également que nous devons trouver une réponse claire à la question de savoir comment continuer à utiliser un système de propulsion renouvelable et propre, qui représente un groupe de produits clés dans le concept de tentative de record. Dès que nous aurons la réponse de notre partenaire, nous le soutiendrons et l’aiderons à modifier tout ce qui est nécessaire pour que le système de récupération d’énergie soit prêt pour une nouvelle tentative. En attendant, nous travaillons toujours sur la version cruiser de l’IY60 qui est équipée d’un système hybride pour garantir le confort et bien sûr nous ferons certifier le premier catamaran LBV35 qui est le premier bateau de série entièrement durable et recyclable durant cet automne.

Restez donc à l’écoute pour toutes les nouvelles concernant le projet et si vous avez d’autres questions sur le projet ANT ARCTIC LAB ou sur notre Innovation Yachts IY60Cruiser Racer, n’hésitez pas à nous contacter ou à visiter notre chantier naval ici aux Sables d’Olonne. Nous sommes heureux de chaque retour, qu’il soit positif ou critique, et nous ferons de notre mieux pour vous convaincre et vous donner les informations que vous recherchez.

J’espère que nous pourrons poursuivre l’histoire d’Innovation Yachts et la tentative de record de l’ANT ARCTIC LAB, en mettant sur le marché des yachts entièrement durables et recyclables qui représentent la performance futuriste, la qualité durable et la sécurité !